Bonjour,

Le 5 octobre je suis passé à la bambouseraie en Cévennes ! C’est le paradis des bambous, enfin moi j’étais aux anges !

Quelle journée ! Je suis arrivé à 10h et reparti à 18h.

Des bambous magnifiques et une superbe équipe ! En arrivant avec mon vélo, Rodolphe (responsable technique) m’a tout de suite proposé de le ranger dans le local réservé au personnel. J’ai ensuite eu l’occasion de discuter avec les guides, les botanistes et Rodolphe.

Un peu d’histoire !

Eugène Mazel a commencé à importer des plantes exotiques sur les lieux à partir de 1856. Il était passionné d’horticulture et de sciences naturelles et planta dans les Cévennes des espèces exotiques venues de Chine, du Japon, d’Amérique du Nord et de l’Himalaya….

Le domaine est repris en 1902 par Gaston Nègre et le parc est ouvert au public depuis 1953. Aujourd’hui c’est la troisième génération qui gère le parc avec toujours le même objectif ; développer un lieu de biodiversité ! L’entreprise emploie 27 personnes !

Aujourd’hui le parc est classé jardin Remarquable et inscrit au titre des Monuments Historiques.

Des bambous oui ! Mais pas que…

Ce qui m’intéresse c’est de savoir comment les choses fonctionnent et j’espère que vous aussi !? J’ai ainsi pu parler avec Rodolphe (responsable technique) qui m’en a dit plus sur le fonctionnement de la bambouseraie.

Pas d’inquiétude vous verrez les bambous ! Il y a plein de photos en bas de l’article !

J’ai cette impression que le bambou défi le temps, il ne meurt jamais vraiment, il ne perd jamais complètement ses feuilles, se plie au vent … mais non le bambou à bien un cycle de vie !

La bambouseraie en Cévennes s’organise donc au tour de ce cycle.

Durant l’Hiver

La nature vit au ralenti, mais c’est pour les hommes de la bambouseraie le temps de grands travaux. Ils réalisent l’entretien du parc, le nettoyage des « forêts » de bambous, la réparation des infrastructures, le nettoyage des canaux d’eau…

Les pousses du printemps

La nature s’éveille et le bambou ne fait pas les choses à moitié ! Le bambou fait partie de la famille des Graminacées, ils se composent de chaumes (tiges) et de rhizomes (tiges souterraines) sur lesquelles poussent les racines. Un bosquet de bambou est en réalité la même plante et donc chaque chaume possède les mêmes gènes, ce sont des clones.

Bref pour revenir au printemps, à partir des rhizomes poussent de nouvelles tiges, elles grandissent jusqu’à un mètre par jour ! Cette prouesse s’explique que les pousses sortent de terre avec leur diamètre définitif et atteignent leur taille définitive en deux mois, grâce à l’énergie emmagasinée dans le rhizome pendant toute l’année. Ce n’est pas ouf, non c’est bambou !

Les pousses du printemps

Pendant ce temps l’équipe de la bambouseraie s’occupe des derniers préparatifs afin d’accueillir le public. Elle ne fait pas qu’entretenir les sentiers, mais elle élabore de nombreux évènements pour le public.

Conscient du patrimoine végétal que représente la bambouseraie elle transmet cet amour de la nature. Rodolphe m’a confié que les visiteurs s’intéressaient de plus en plus à l’écosystème du parc et donc des forêts en général (c’est bien ça !!). Par écosystème je veux parler des plantes, des petites bêtes, des plus grosses, des oiseaux, mais aussi de l’influence des perturbations extérieures (pollution de l’air et de l’eau…).

De plus la bambouseraie d’Anduze possède une démarche interne de réduction de son impact environnemental. Ils n’utilisent pas de produits phyto (Bye Bye Roundup, c’est un minimum selon moi !), ils sont classés BPI (protection biologique intégrée : zéro phyto :nichoirs à insectes, à oiseaux et à chauve-souris, zone laissée en friche autour du parc, rucher à proximité…) et son un parc labélisé LPO (ligue pour la protection des oiseaux).

Le soleil de l’été !

Et paf le bambou est adulte l’été après sa naissance, dès qu’il a des feuilles c’est qu’il est adulte et qu’il ne grandira plus. Pendant ce temps-là, beaucoup de petites fourmis viennent visiter les grandes pousses de la bambouseraie. Il y a de super guides pour vous faire découvrir tous les petits secrets du bambou. Merci à eux qui m’ont fait faire une visite !

L’équipe de la bambouseraie s’occupe aussi de nourrir la forêt ! Pendant toute l’année, ils coupent les tiges qui poussent de travers et celles qui meurent. Ensuite ils les broient et les disposent au pied des bambous. Ce procédé permet d’accélérer le procédé naturel de décomposition des matières végétales. Ce paillage permet aussi de protéger le sol contre le froid et le soleil qui pourrait l’assécher. De plus ils favorisent une végétation basse qui accueille de nombreuses espèces animales.

C’est la fin d’une belle histoire, mais non ce n’est que le début de la prochaine année !

Eh !! Je ne vais pas tout vous dire sur le bambou, allez visiter le parc !! Les environs sont aussi magnifiques, de quoi organiser toute une semaine de vacances dans les Cévennes !

Merci à l’équipe de la bambouseraie !

There was an error connecting to flickr. Please try again later.
1 Message:
cURL error 28: Operation timed out after 10004 milliseconds with 0 bytes received